Imprimer Envoyer
Biographie

Né en 1957.

"Je crois que la pierre représente la plus ancienne matière de notre univers : le temps ainsi que l’histoire de notre planète sont gravés dans la pierre."

"D'aussi loin que je puisse me souvenir dans ma vie, je perçois des visages sur les pierres. La sculpture est le médium que je privilégie depuis l’âge de 8 ans."

"C'est sur une plage de la Gaspésie que mon père m'a offert mon premier canif. Dès cet instant, j'ai eu tout ce dont j'avais besoin pour me permettre de représenter ce que je percevais sur des pierres."

"Adolescent, mes sculptures se sont multipliées à mesure que de nouveaux médiums s’offraient à moi."

"Grâce à Hortense Desjardins, une artiste céramiste, j'ai pu explorer les multiples possibilités de la glaise et de la porcelaine. Elle fut aussi complice de mes réussites en peinture."

"C'est l'école qui m'aura fait découvrir la pierre a savon et ses immenses possibilités; je me suis alors mis à métamorphoser mes petites sculptures en colliers, pendentifs, porte- crayons, broches et autres, ce qui me permettait de me faire un peu d'argent de poche par moi-même."

"Au début de l’âge adulte, les besoins de la vie m'ont orienté vers ceux des autres; j’ai donc travaillé dans les domaines de la santé mentale et de la gérontologie comme technicien en loisirs et en arts plastiques. J'ai également beaucoup travaillé dans le milieu communautaire, notamment en créant et en mettant en scène des pièces de théâtre avec les adolescents. J'ai aussi réalisé un des premiers ateliers d’art thérapie destinés aux personnes souffrant de maladies mentales."

"De nombreux voyages (notamment au Mexique, au Guatémala, au Belize, au Nicaragua et au Chili) m'ont permis d’apprécier le monde qui m’entoure et de colorer mon art."

"Au fil des années, les événements m'ont propulsé vers la diversification de mes talents. C'est ainsi que je me suis particulièrement intéressé a la maçonnerie. L’apprentissage et la pratique de ce métier ont eu un impact crucial dans l’évolution de mon art, et les outils de coupe et de taille de pierre m'ont permis de révéler et de former des visages à même la pierre."

"Encouragé par mon épouse et mes trois garçons, chaque sortie devenait prétexte à une chasse aux trésors - même en milieu urbain! - et me permettait de recueillir des pierres des champs qui allaient, sous mes outils, me révéler leur visage."

"Les années ont passé. Les métiers se succèdent. Les enfants ont grandi et son devenus adultes. Le temps étant on ne peut plus propice pour ce faire, mon épouse et moi avons pris la décision de vendre notre maison de la banlieue et de nous établir en Gaspésie."

(Roberto, Sculpteur)

Réalisations

Janvier 2002

Une aventure extraordinaire venait de débuter : nous avons visité et acheté la maison située face a la plage ou mon père m'a offert mon premier canif. J’ai retrouvé les visages de pierre de mon enfance.

Armé de persévérance et de courage, j'ai quand même eu besoin de trois années pour m'adapter à mon nouveau milieu, à la mentalité, au travail et aux façons locales de faire, ce qui n'a pas manqué de marquer mon art d'une certaine maturité.

Dans les premières années, nous avons transformé notre maison en gîte du passant, auquel nous avons annexé une galerie qui me permette d’exposer mes œuvres. Alors que d'une part, des visiteurs de partout sur la planète venaient séjourner a notre gîte et que d'autre part, je recevais l'aide et l'encouragement d'artistes, poètes et visionnaires, se développait en moi, la détermination de vivre de mon art semblait vouloir se matérialiser chaque jour un peu plus.

Novembre 2004

L’artiste André Montmorency vivait dans notre village. Lors de l’une de nos rencontres, André m'a proposé de participer à une exposition à laquelle lui-même participait au château Dufresne à Montréal. C'est ainsi que j’ai pu exposer 20 de mes œuvres du 27 novembre 2004 au 16 janvier 2005. Cette expérience fut déterminante pour moi : elle m'a permis d’être reconnu de mes pairs, de voir un article publié à mon sujet dans le journal artistique Écho-Vedettes de même qu'une mention avec photo dans notre journal local l’Écho de la Baie.

Juillet 2006

Je fais la rencontre de Tito Alvarado, grand poète et président international de Project Cultural SUR, association de poètes, modélistes, journalistes et promoteurs culturels internationaux qui, par la création d’événements, encourage la création de réseaux d’artistes. À la vue de mes œuvres, l’enthousiasme de M. Alvarado fut tel que celui-ci m’a donné l’occasion de participer à un de ses recueils de poèmes, Comuni0n. Traduit en cinq langues, ce recueil contient sept de mes œuvres, accompagnées des poèmes de M. Alvarado. Neuf autres artistes ont été conviés, comme moi, à faire partie de ce recueil.

15 juillet 2007

Ce jour-là, j’ai reçu la visite d’une personne inattendue, ami de cet instant, ami qui a vécu avec Pablo Neruda, prix Nobel chilien de la littérature. Pablo Neruda écrivait les pierres et racontait leur histoire.

Francisco Vinuela et moi avons passé des moments précieux à échanger et à partager notre vision de l’art, des pierres, du monde et de la vie. Il m'émut en me disant « Roberto, tes sculptures sont de l’art pur : elles pourraient ne pas être signées et nous ne pourrions confondre une sculpture faite par Roberto par aucune autre ». À son départ, il écrit dans notre Livre d’or du gîte : « Découvrir l’âme des choses, c’est à travers la parole sage, les visages qu’on découvre à la roche aux pierres, c’est justement les visages de la vie ».

Il résulta de cette rencontre un bouillonnement dans mon esprit : la détermination de ne vivre que de mon art avait encore monté d'un cran. Chaque chose en son temps, toutefois : j’avançais pas à pas vers ce destin.

30 juillet 2007

Confection et mise en fonction du site Web robertosculpture.com; réalisation d’un album de présentation.

Août 2007

Je reçois une invitation du Brésil pour participer au 9e Festival international d’art et culture, qui se déroule du 1er au 6 octobre 2007. Ne pouvant être présent, j’ai été représenté par Tito Alvarado, avec album et sculptures.

Mars 2008

Après mûre réflexion et l’appui de mes proches, c’est à ce moment précis que la production de mon art est devenue ma principale activité.

Juin 2008

À la demande du groupe Héritage New Carlisle, huit de mes œuvres furent exposées au Centre culturel Kempffer pour la période estivale. Le Centre Kempffer a pour mission de promouvoir le patrimoine, la culture et la diffusion des arts. Afin de démontrer mon attachement à ces valeurs, j’ai fait don au Centre d’une sculpture en granit rose, portant le nom du Dieu des Dieux. Cette sculpture est installée en permanence a l’extérieur, et est accompagnée d’un écriteau expliquant ma démarche artistique.

Septembre 2008

L’Association Gaspé-Jersey-Guernesey, m’offre de participer à un projet d’échange de cartes. Le projet consiste à confectionner une carte de la Gaspésie sur une pierre fossilisée de chez nous. Cette carte sera livrée et exposée de façon permanente au quai de St-Aubin. De la même façon, les gens de Jersey vont envoyer une carte de leur île, fabriquée en granit de Jersey et qui sera installée au site historique de Paspébiac.

Le dévoilement officiel des deux cartes aura lieu simultanément le 2 août 2009 à Paspébiac et à St-Aubin. Il sera possible d’assister à ce dévoilement par satellite de même que par d’autres moyens de communication simultanée.

Janvier 2009

Remise de l’œuvre de la carte de la Gaspésie à l’Association Gaspé-Jersey-Guernesey.

Février 2009

Je suis interviewé par Marie-Claude Véziau, journaliste d’arts visuel pour le journal Graffici.

Mars 2009

Parution d’un article à mon sujet dans l’édition du mois de mars du journal Graffici; une interview a aussi été filmée au site historique de Paspébiac, pour une émission qui sera télédiffusée à l’île de Jersey.

Avril 2009

La ville de New Carlisle et moi-même sommes présentement a élaborer un projet de très grande envergure, qui consiste à ériger une sculpture d’environ 3 mètres de hauteur par 2 de largeur et autant de profondeur. Cette œuvre serait installée sur la pointe rocheuse qui est la plus éloignée de la baie des Chaleurs, et regarderait vers la mer. Le visage des chaleurs, tel est le nom donné à ce projet.

De janvier 2002 à ce jour, mon art a évolué en profondeur; je suis fier de la réalisation de 216 sculptures, dont 124 sont encore disponibles.

Il est clair que ma carrière prend maintenant une perspective internationale : ma vision d’artiste sculpteur de pierre devient maintenant réalité.
 

© 2010 Roberto sculpture | Sculptures de pierres